• 10069 visits
  • 9 articles
  • 122 hearts
  • 987 comments

quamille 14/02/2009

Le 23 mars 2008 des criminels sans foi ni loi, ont massacré "quamille" jeune pouliche Halflinger
de 3 ans 1/2 pour la decouper et la dépecer sur place...Ce blog et la pour vous faire réagir et activer les autorités de pays contre la barbarie et l'hippophagie.






bonne vistite

Blog perso:Allez le voir et lacher tout plein de com's ils sont rendu

quamille et quanelle a l'attelage 14/02/2009

le lundi 23 MARS l'horreur apparut 14/02/2009

C'est le 24 mars 2008 à Taissy (51), en allant voir ses chevaux en pâture comme tous les matins, que Thierry Georgeton a retrouvé sa jument Quamille, sauvagement assassinée.

Sa petite jument Haflinger d'à peine 4 ans avait été abattue puis dépecée sur place, devant les yeux horrifiés de ses compagnons. Les restes de son corps gisaient devant lui : les quatre membres avaient été méticuleusement découpés, ainsi que les « filets » du dos de chaque côté de la colonne vertébrale ; ne restaient plus que la tête, l'encolure, une partie de l'abdomen, et les intestins répandus sur le sol. Le cadavre baignait misérablement dans la boue et une mare de sang s'étendait devant les yeux encore ouverts de la pauvre Quamille.

lettre du proprietaire 14/02/2009

voici le texte du propriétaire:
Bonjour,

C'est la première fois que je vous écris, et c'est malheureusement pour vous annoncer une bien triste nouvelle : ce matin j'ai découvert une de mes 2 petites juments d'à peine 4 ans - Quamille - découpée sur place dans la pâture au milieu de ses compagnons. Quamille était une jument Haflinger issue de l'élevage du Domaine de la Voie Lactée, à Eschviller en Alsace ( http://www.lavoielactee.fr )

Je suis très choqué car j'aurai en mémoire, pour le reste de ma vie, ces images de boue, de sang, de barbarie. Ses doux yeux sont encore ouverts et semblent me demander "Pourquoi ? Moi qui était si douce, si gentille, si caline et qui travaillait depuis 6 mois à l'attelage avec ma demi-s½ur Quannelle, moi qui tirait souvent pour 2, et qui faisait tant confiance aux humains ... trop confiance"

Ma petite entreprise venait tout juste d'être créée le 2/01/2008 et je commençais à travailler avec Quamille et Quannelle. Cet après-midi je me sens seul et Quamille me manque déjà trop. J'ai mis Quannelle à l'abri de la folie des hommes, mais pour combien de temps ?

Je tiens à vous faire parvenir 4 photos terribles du triste spectacle que j'ai découvert hier matin. Elles sont en pièces jointes. Les "bouchers d'une nuit" ont découpé méticuleusement les 4 membres et les "filets" du dos de chaque coté de la colonne vertébrale. Je vous autorise à publier ces images pour que l'on sache de quelle barbarie sont capables les humains, pour s'amuser, pour manger de la viande de cheval ou pour ce satané argent qui nous gouverne.

Les Attelages de Verzenay sont en deuil.

Mais la vie garde ses priorités et il faut maintenant réparer les dégats infligés aux survivants. Et il faut surtout repartir vers l'avant, recréer une nouvelle paire à l'attelage, panser les plaies de l'âme... et essayer d'apprendre à pardonner


elle voulais simplement vivre au lieu de ca il lui ont offert la mort regardais la encore et encore mérit elle ceci?

désolé mais c'est sans mots il n' y a juste mon coeur qui fond seul dans son coin en pensant a cette jument!
quand nos chevaux seront enfin a l' abris?


ceci n'est en aucun cas un montage la verité vous voyer ca c'est la verité!!!

15/02/2009

Lorsque ce Meneur Accompagnateur en Tourisme Equestre, arrive à sa pâture comme chaque jour où ils retrouvent ses 4 chevaux, il ne voit pas Quamille... Il ouvre la porte grillagée... s'avance... distingue une forme à environ 30 mètres plus loin... prend peur.... Continue et découvre sa jument, allongée dans le chemin avec une trace de sang près de sa tête.

Quamille qui était douce, câline, gourmande, et faisait tant confiance à l'homme, est là, découpée sur place, dépecée, gisant dans la boue et le sang, les yeux encore ouverts.

Des fous sont venus la tuer dans la nuit de dimanche à lundi (nuit du 23 au 24 mars 2008), la découper en morceau et sont repartis avec la viande fraiche. Ces derniers ont semble t'il prémédité leur coup et la façon dont a été découpé la jument laisserait à penser que ces bourreaux sont experts en découpage de viande et que ce n'est pas l'½uvre d'amateurs ! En effet tout ce qui est consommable a été emporté et les lignes de coupe sont nettes et précises.

D'après le rapport du vétérinaire, l'animal serait tombé sous le coup de feu mais n'en serait pas morte. Elle aurait alors été sonnée et serait tombée inconsciente. La mort serait survenue par hémorragie et c'est probablement pendant ce temps que ces bouchers (le terme est bien approprié) l'auraient tranquillement découpée.

Le propriétaire qui a porté plainte, pleure aujourd'hui sa jument et reste choqué (certainement à vie) par cette vision d'horreur. Quant à la Fondation Brigitte Bardot, elle s'est bien sur portée partie civile. En pleine campagne contre l'hippophagie nous nous insurgeons contre cette barbarie à ciel ouvert !

15/02/2009

Le cheval abattu et dépecé ce week-end dans un pré de Taissy servait d'attelage à un habitant de Verzenay. Indigné par autant d'horreur, Thierry Georgeton évoque le souvenir de Quamille.


« JE ne comprends pas qu'on puisse tuer un animal de manière aussi effroyable. Il faut faire preuve d'une insensibilité que je n'ai pas. C'est révoltant. » Thierry Georgeton est sous le choc, hanté par « ces images de boue, de sang, de barbarie que j'aurai en mémoire pour le reste de ma vie ».« J'ai créé mon entreprise « Les Attelages de Verzenay » le 2 janvier 2008. Je propose des promenades commentées en calèche à travers les vignes et les curiosités du village. Originaires du Tyrol, les Haflinger sont des perles, des chevaux très intelligents, très fins. Au bout d'un mois de dressage, Quamille et Quannelle savaient déjà faire de l'attelage. » Propriétaire de quatre autres chevaux, Thierry Georgeton loue une pâture de quatre hectares entre Taissy et Sillery. « Ce week-end, il y en avait deux chez mon beau-père. Lundi matin, quand je me suis rendu à la pâtur e, je n'ai vu que trois chevaux. C'est Quamille qui manquait. En regardant autour, j'ai vu qu'elle était allongée dans le chemin. Je pensais qu'elle était blessée. Je me suis approché. J'ai découvert le carnage. Je n'y croyais pas. Je me demandais si je n'étais pas dans un cauchemar. » Les tueurs ont découpé et emporté les quatre membres de Quamille. Ils ont aussi prélevé les filets de chaque côté de la colonne vertébrale. Ils l'ont abattue le long de la clôture, peut-être avec une arme à feu (elle avait un trou sur le front mais sans balle apparente), avant de la tirer sur le chemin. « C'est la fin de l'hiver. Les chevaux n'ont plus grand-chose à manger dans la pâture. Vous leur montrez une pomme ou un morceau de pain, ils viennent tout de suite, surtout Quamille. C'était la plus câline, la plus affectueuse. Elle a dû répondre à leurs appels. » Lundi, quand il a découvert sa jument, ses yeux étaient encore ouverts. « Elle semblait me dire « Pourquoi? Moi qui étais si douce, si gentille et qui faisais tant confiance aux humains. » Les trois compagnons de Quamille présents la nuit des faits — Quannelle, Flocon et Viking — ont été traumatisés. « D'habitude, ils viennent me voir mais là, j'ai du mal à les approcher. Ils ont peur. Leur confiance en l'homme a été balayée. Il va falloir des mois de travail pour les réapprivoiser. » M.Georgeton a mis Quannelle à l'abri. Il lui faut maintenant recréer une nouvelle paire d'attelage, « et panser les plaies de l'âme ».


Fabrice Curlier

***


Des tueurs expérimentés ?


Thierry Georgeton en est convaincu. Ceux qui ont massacré Quamille ne sont pas des amateurs.
« Elle a été découpée proprement avec un outil électrique. Par endroits, il y a des traces de couteau claires et nettes. Pour accéder au pré, ils ont découpé deux grillages qu'ils ont rabattus comme pour faire une porte. Ils avaient des sacs poubelles avec eux pour emporter les morceaux de viande. On a retrouvé quelques ficelles. » Adhérent de la Fondation Brigitte Bardot, le docteur Jean-Philippe Collet, de Verzenay, pense lui aussi à des tueurs expérimentés. « La jument pesait 400 kilos. Seuls des gens qui sont habitués, qui ont la main, peuvent découper dans la nuit ou la demi-obscurité une bête de cette taille. » Les tueurs sont venus pour la viande. Ils n'ont rien volé alors qu'il y avait pourtant de nombreux matériels entreposés dans les installations du pré. « Ils ont retiré plus de 150 kilos de viande sur Quamille » indique M.Georgeton.


Sous le manteau, le kilo peut se revendre dix euros.


« Un ami des Ardennes m'a appelé pour me dire que ça arrivait
fréquemment là-bas sur des vaches, des moutons et aussi des chevaux ardennais. »

petite info 15/02/2009

LE MARCHE DE LA VIANDE CHEVALINE

Aujourd'hui encore, notre ami et partenaire de c½ur, le cheval, continue à être menacé par l'appétit vorace de quelques milliers d'"amoureux" de la viande de cheval.

En quelques chiffres, plus de 30 000 tonnes de viande chevaline sont encore consommées chaque année en France, et plusieurs milliers de chevaux sont amenés à l'abattoir dans des conditions souvent bien loin de celles que chaque cavalier prend pour transporter ses chevaux sans aucun risque. Pour preuve que ce phénomène ne se tarit pas, il existe encore en France 1035 boucheries chevalines et de plus en plus de supermarchés vendent de la viande de cheval.

arreter se massacre 04/04/2009

si vous voulez que cela s'arrête marquez votre mécontentement

BLOG STAR 17/07/2009

Je voudrait (moi quamille)continuer a semsibiliser des personne sur ce qui m'est arriver pour que d'autre personne ne retrouve pas leur chevaux comme moi decouper par des meurtriers.Ce que je voudrait pour cela etre blog star pour que d'autre personne voyent cela et reflechir.Et laisser leur chevaux libre comme je l'était